Accueil Orthographe Participe passé

Participe passé

L'accord du participe passé sacrifié ... : La réponse d'EROFA

« Recevoir des avis opposés au point de vue que l’on défend est bien souvent source de progrès, encore faut-il que ces avis soient solidement argumentés. B. Dewaele a jugé bon de s’en prendre nommément au groupe de travail EROFA dont je suis responsable dans un article de la Voix du Nord du 23 novembre 2014. Venant d’un champion du monde de l’orthographe, je m’attendais, non certes à une argumentation scientifique que ne permettait pas la taille du texte, mais du moins à des arguments convaincants. Or les arguments caricaturaux avancés ont pour seul but de dénaturer les thèses que nous défendons.

Lire la suite...

 

L'accord du participe passé sacrifié sur l'autel de la simplification à tout-va ?

images.jpgLes grammairiens à l'origine des Rectifications de 1990 ne s'en sont jamais cachés, du moins en privé : ces mesurettes n'étaient qu'amuse-gueule avant le plat de résistance que représentait l'accord du participe passé.

Son tour est venu. Le Conseil international de la langue française (CILF) et le groupe Études pour une rationalisation de l’orthographe française d’aujourd’hui (EROFA) ont saisi autorités gouvernementales et instances de la francophonie. Ils demandent que le participe passé ne s'accorde jamais quand il est conjugué avec avoir, toujours avec être : écrire « les promesses qu'il a fait », « elle s'est dite », « ils se sont parlés » ne constituerait plus une faute. Le mot est d'ailleurs devenu tabou, car il stigmatise. Parlons plutôt d'une « application instinctive d'une logique grammaticale en passe de se substituer à des logiques antérieures ». Elle n'est pas belle, la vie ?

Lire la suite...

 

Le participe passé hier et demain

Remettre en cause les règles d’accord du participe passé ? Quel sacrilège ! On prétend qu’elles sont difficiles à retenir, mais il suffit de se donner un peu de mal ! On ne va tout de même pas toucher à ce qui existe depuis des siècles !

Or les fondements théoriques de ces règles, tout comme leur histoire, sont loin de justifier la considération, pour ne pas dire la vénération quasi cultuelle, dont on fait preuve à leur égard. Les variations de l’usage actuel montrent que le moment est venu d’examiner leur bien fondé et d’en formuler de nouvelles à la fois plus simples et plus rationnelles.

Lire la suite...

 

Les trois approches du participe passé

Ce texte reprend en les développant certains arguments avancés
dans le texte intitulé "Le participe passé hier et demain" publié dans cette rubrique.

Lire la suite...

 

Tableau récapitulatif de l'accord du participe passé

Mise en perspective de l'actuelle norme et des propositions  d'EROFA.

Lire la suite...

 

Motion CILF-EROFA sur le "Participe passé"

Mars 2014

Pour un assouplissement des règles d’accord du participe passé

Les difficultés de l’accord du participe passé (en abrégé PP) sont notoires. Des enquêtes ont montré que les professeurs de français y consacrent environ 80 heures de théorie et d’exercices au cours d’une scolarité ordinaire. Ce ne serait qu’un moindre mal si le succès couronnait l’entreprise. On en est loin. Face aux manquements qui abondent dans les copies d’élèves et dans la bouche ou sous la plume de leurs ainés, des voix réclament d’un peu partout une remédiation.

Le CILF ‘Conseil international de la langue française’ et le groupe EROFA ‘Études pour une rationalisation de l’orthographe française’ soumettent à cet effet aux Autorités gouvernementales et aux Instances de la Francophonie trois propositions *.

Lire la suite...

 

Revoir l’accord des participes passés ?

Le 12 janvier 2014, au journal de 20 heures de France 2, Bernard Pivot apparaissait en sa toute nouvelle qualité de président de l’Académie Goncourt. A la fin de l’entretien, le journaliste, Laurent Delahousse, lui a renvoyé du berger à la bergère la question que l’ancien animateur d’Apostrophes posait rituellement à ses propres invités :

« Si Dieu existe, qu’aimeriez-vous lui entendre dire quand il vous accueillera ? »

Réponse :

« Bonjour, Pivot. Vous allez pouvoir m’expliquer les règles d’accord du participe passé des verbes pronominaux. Je n’y ai jamais rien compris. »

Lire la suite...