Accueil Productions de l'association Publications des membres M. LENOBLE-PINSON

M. LENOBLE-PINSON

  • Écrire sans faute, éditions De Boeck Duculot, Michèle Lenoble-Pinson , 2e édition, Bruxelles, 2012.
Cet ouvrage contient trente-trois dictées proposées lors des Championnats d’orthographe de Belgique. Michèle Lenoble-Pinson, membre du Conseil international de la langue française (Paris), était professeure aux Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles. Elle a rassemblé ici des textes, audio téléchargeables, d’écrivains appartenant à la littérature française de Belgique. Elle présente brièvement les auteurs et, surtout, elle commente avec précision les difficultés lexicales, grammaticales et culturelles contenues dans les dictées en se fondant sur les erreurs qui ont été commises lors des Championnats.

Un intérêt particulier de l’ouvrage est la présence comme variantes, non seulement des formes rectifiées en 1990 et de celles qui figurent dans les dictionnaires d’usage courant, mais aussi des formes compatibles avec le contexte et qui répondent à la logique du système orthographique français contemporain.

Outil de contrôle et d’enrichissement de connaissances, cet ouvrage se prête à de fécondes réflexions linguistiques, car l’orthographe est et doit être, comme la langue elle-même, le domaine d’une évolution rationnelle.

(Michèle Lenoble-Pinson a procédé en 2009 à une large révision du Français correct de Maurice Grevisse, 6e édition).

Claude Gruaz.

 

  • Penser l'orthographe de demain, A. Dister, C. Gruaz, G. Legros, M. Lenoble-Pinson, M.-L. Moreau, C. Petit, D. Van Raemdonck & M. Wilmet
    Conseil International de la Langue Française, 2009, 88 p.


    Petit à petit, les rectifications orthographiques de 1990 progressent : dans les dictionnaires, à l'école et dans les pratiques sociales. Mais elles laissent subsister bien des difficultés ; et les performances scolaires inquiètent de plus en plus. Refusant le faux confort de la résignation, des linguistes belges et français proposent ici d'ouvrir dès aujourd'hui de nouveaux chantiers pour rationaliser davantage notre orthographe et la rendre ainsi plus accessible demain.

    Commander sur le site de l'éditeur
  • Le français correct. Guide pratique des difficultés, M. Grevisse
    6e édition revue par M. Lenoble-Pinson, De Boeck Duculot, 2009, 351 p.


    La langue évolue par son usage. Les emplois observés avec pertinence il y a une vingtaine d'années par Maurice Grevisse devaient être revus et mis à jour. Tel est l'objet de la sixième édition du Français correct.
    Ce guide traite, par ordre alphabétique, des difficultés du vocabulaire : archaïsme ? homonyme ? nuance de sens ? expression régionale ?
    Ensuite, il résout les problèmes d'accord liés aux catégories grammaticales et aux phrases complexes : féminin ? pluriel ? accent ? choix de la préposition ? conjugaison ? choix du mode ?
    Cet ouvrage s'adresse d'abord à tous les passionnés de français correct ; ensuite, aux enseignants, à leurs élèves, aux étudiants et aux autodidactes ; enfin, aux traducteurs, aux interprètes, aux journalistes et aux responsables des médias, c'est-à-dire à ceux qui tiennent à donner aux lecteurs et aux auditeurs des textes, des messages, des slogans français, précis, nuancés, corrects.

    Commander sur le site de l'éditeur

 

  • Mettre au féminin. Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre, sous la direction de M. Lenoble-Pinson
    Ministère de la Communauté française de Belgique, 2e édition, 2005, 80 p.


    En Belgique, le décret de la Communauté française du 21 juin 1993 impose la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre dans les actes officiels (décrets, règlements, circulaires, etc.), dans les documents émanant des autorités administratives ainsi que dans la publication des offres et des demandes d'emploi.
    Le Guide, qui compte 1 619 entrées classées par ordre alphabétique, a d'abord été édité pour les fonctionnaires et s'adresse aujourd'hui à tous ceux qui écrivent en français.
    Comme dans Femme, j'écris ton nom, guide paru en France en 1999, les entrées sont écrites en orthographe rectifiée, recommandée par l'Académie française. Suivent les graphies traditionnelles. Aucune des deux graphies, ni la nouvelle ni l'ancienne, ne peut être tenue pour fautive.
    Ex. : (masculin) flutiste ou flûtiste / (féminin) flutiste ou flûtiste
    Les féminins en -eure s'implantent en Belgique et en France (ils sont déjà intégrés dans le guide français Femme, j'écris ton nom). Ils assurent la visibilité des femmes, en particulier lorsque les noms sont accompagnés de déterminants élidés ou pluriels (l'auteure, les auteures vs l'auteur, les auteurs). Le -e est purement graphique et ne doit pas plus s'entendre à l'oral que dans contractuelle ou supérieure. La première forme féminine donnée suit les règles traditionnelles, la seconde s'est introduite dans l'usage. L'usager a le choix d'utiliser les formes féminines traditionnelles en -eur ou les formes nouvelles en -eure.
    Ex. : (masculin) auteur / (féminin) auteur, auteure
    Les particularités lexicales du français de Belgique sont écrites en caractères italiques.
    Ex. : (masculin) kinésiste / (féminin) kinésiste

    Consulter l'ouvrage sur le site du Service de la langue française

Grammont

Les plus grands linguistes, comme Maurice Grammont, n'ont pas hésité à remplacer les lettres grecques et similaires par leurs correspondants français.

Maurice Grammont, Compte rendu du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, Revue des langues romanes, n° 53, 1916, p. 402-410.