Programmes 2015 de l'école élémentaire française

Ce sont les premiers programmes officiels qui respectent l'orthographe rectifiée de 1990.

Le BO est celui du 26 novembre 2015 (BOEN spécial n°11) avec des programmes pour les cycles allant du CP à la fin de scolarité obligatoire qui seront à mettre en œuvre lors de la rentrée scolaire en septembre 2016.

Quelques informations en lien avec l’enseignement du français :

- le volume horaire est inchangé, mais le volume horaire ne prend pas en compte le temps des récréations qu'il faut retirer dans chaque domaine disciplinaire (CP-CE1-CE2 = 10 heures de français par semaine / CM1-CM2 = 8 heures de français par semaine / 6ème-5ème-4ème-3ème = entre 4h30 et 5 heures par semaine) ;

- l’organisation des cycles évolue : cycle 2 = cycle des apprentissages fondamentaux = CP-CE1-CE2 / cycle 3 = cycle de consolidation = CM1-CM2-6ème / cycle 4 = cycle des approfondissements = 5ème-4ème-3ème).

- la présentation de l'enseignement du français est construite autour des trois entrées (Langage oral - Lecture et compréhension de l'écrit, écriture - Étude de la langue). Les activités de lecture, d'écriture et d'oral doivent être quantitativement importantes (le but est de rééquilibrer les durées afin d'éviter une étude de la langue chronophage).

- pour l'étude de la langue, l'accent est mis sur la manipulation d'énoncés, l'observation, le classement à partir des fonctionnements réguliers. La maitrise des relations entre l'oral et l'écrit est valorisée sur l'ensemble des cycles (une nouveauté). Au cycle 3, l'acquisition de l'orthographe est privilégiée (appui sur les régularités- là aussi une nouveauté). le travail doit être menée en contexte (dans le lire-écrire) et de manière plus décrochée. Enfin au cycle 4, l'étude de la langue est au service des compétences langagières de lecture et d'écriture (une constante sur les 3 cycles). L'étude continue d'être au service de l'orthographe mais aussi de la réflexion sur la langue. La philosophie générale pour cet enseignement se veut être en rupture avec une grammaire prescriptive.

 

Grammont

Les plus grands linguistes, comme Maurice Grammont, n'ont pas hésité à remplacer les lettres grecques et similaires par leurs correspondants français.

Maurice Grammont, Compte rendu du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, Revue des langues romanes, n° 53, 1916, p. 402-410.