Accueil Productions de l'association Publications des membres D. COGIS

D. COGIS

  • COGIS D. (2014) Contribution aux travaux des groupes d’élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4. Ministère de l'Education Nationale.
  • COGIS D., FISHER C., NADEAU M. (2016), « Quand la dictée devient un dispositif d’apprentissage », Glottopol, N° 26, pp. 69 à 91.
  • NADEAU, M., FISHER, C., COGIS, D. (2014). Pratiques innovantes et progression des savoirs sur le verbe à l’école primaire. In Gomila, C. & Ulma, D. (dir.). Le verbe en toute complexité : acquisition, transversalité et apprentissage. Paris : L'Harmattan, coll. Enfance et Langage, 219-235.
  • GOURDET P. et COGIS D. (2014).  « Un verbe c’est quelque chose : emploi « profane » ou emploi « savant » du métalangage à l’école élémentaire ? » in Métalangage et expression du sentiment linguistique « profane », Direction : M. Lecolle, Le discours et la langue, Revue de linguistique française et d’analyse du discours, Ed : EME (Éditions Modulaires Européennes), (47-62).
  • BRISSAUD, C., COGIS, D., et TOTEREAU, C. (2014). « La performance orthographique à l’articulation école-collège : une approche qualitative des marques de pluriel », Congrès Mondial de Linguistique Française – CMLF 2014.
    http://dx.doi.org/10.1051/shsconf/20140801375

  • L'orthographe en quatre temps

L'ORTHOGRAPHE EN QUATRE TEMPS
20E ANNIVERSAIRE DES RECTIFICATIONS DE L’ORTHOGRAPHE DE 1990 :

Enseignement, recherche et réforme, quelles convergences ? 

Actes du Colloque international de 2010 sous la direction de Susan Baddeley, Fabrice Jejcic et Camille Martinez

Le 6 décembre 1990 paraissait, dans la section Documents administratifs du Journal officiel, le rapport du Conseil supérieur de la langue française intitulé « Les Rectifications de l’orthographe ». Ce rapport, le fruit d’un long travail de concertation entre linguistes, lexicographes, personnalités politiques et médiatiques, proposait non pas une réforme de l’orthographe française mais des « Rectifications » destinées à éliminer quelques-unes des anomalies les plus flagrantes de l’écrit du français, et se voulait un premier pas vers sa modernisation.
Vingt ans après, un colloque organisé à l’initiative de deux membres de l’ancienne équipe CNRS-HESO (qui, autour de sa fondatrice et directrice, Nina Catach, avait été au premier plan de cette initiative) se proposait non seulement de faire le bilan de cette « mini-réforme », vingt ans après, mais aussi de se pencher sur la question plus large de la place de l’écrit dans la société. Le colloque a réuni de nombreux spécialistes de l’orthographe, venus de tous le s pays francophones et d’ailleurs, pour faire le point sur l’état actuel des recherches et les perspectives futures.
Ce volume d’actes en regroupe les principales communications, et s’organise autour des quatre grands thèmes du colloque : histoire et société, enquêtes et corpus, enseignement et didactique, futures réformes.

Cet ouvrage contient les communications des membres de EROFA suivantes :
- Pierre Encrevé : Dans les coulisses des  Rectifications. 
- S. Baddeley : L’orthographe avant l’Académie : les tentatives de réforme et leur accueil.
- Marinette Matthey : L’accord du participe langue première ou seconde : quelques données de terrain.
- Catherine Brissaud, Danièle Cogis, Claudie Pérret : L’enseignement du français : une mission encore possible ?
- Elena Llamas Pombo : Prestige normatif et diffusion des réformes orthographiques : les cas du français et de l’espagnol en contraste.
- Georges Legros : Rationaliser l’orthographe grammaticale ? L’exemple des participes.
- Claude Gruaz : Dans le sillage des Rectifications de 1990 : les recherches de EROFA.

Commander sur le site de l'éditeur

  • Orthographe : à qui la faute ?, D. Manesse, D. Cogis, M. Dorgans & C. Tallet
    Postface d'A. Chervel, ESF éditeur, 2007, 250 p.


    Oui ou non le niveau d'orthographe de nos enfants ou de nos élèves est-il plus mauvais aujourd'hui qu'il y a vingt ans ? Et nos arrière-grands-parents, faisaient-ils vraiment moins de fautes que nous ?
    Touchant ces questions qui nous concernent tous, parents, enseignants, éducateurs en général, une étude comparative sur trois périodes différentes - 1877, 1987, 2005 - permet enfin de faire un bilan objectif sur ce sujet crucial de société.
    Les lecteurs de cet ouvrage découvriront ainsi des résultats inattendus aux tests orthographiques menés. À travers eux, ils pourront trouver des éléments de réponses aux nombreux débats de société parfois très vifs sur des sujets actuels : inégalité de savoir entre garçons et filles, inégalité de savoir entre zones géographiques, rôle et place de l'écrit dans une société de l'image, etc.
    Ils découvriront surtout dans cet essai passionnant, qu'au-delà des constats, des solutions existent dont, pourquoi pas, la simplification de l'orthographe ?

    Commander sur le site de l'éditeur
  • « Encore un petit tour de graphèmes ? Quelques réflexions en hommage à JCP », 267‑279, In Dans la carrière des mots. Mélanges offerts à Jean-Christophe Pellat. Textes réunis par Nathalie Gettliffe & Jean-Paul Meyer. Université de Strasbourg.
  • « Du prescrit au réel en CM2 : l’accord sujet-verbe dans le corpus Grenouille », 61-84, in Cecilia Gunnarsson-Largy et Emmanuèle Auriac-Slusarczyk (dir.), Écriture et réécritures chez les élèves. Un seul corpus, divers genres discursifs et méthodologies d’analyse. Louvain-la-Neuve : Academia.
  • « La révision orthographique au CM2 : l’accord sujet-verbe dans le corpus Grenouille », 85-112, in Cecilia Gunnarsson-Largy et Emmanuèle Auriac-Slusarczyk (dir.), Écriture et réécritures chez les élèves. Un seul corpus, divers genres discursifs et méthodologies d’analyse. Louvain-la-Neuve : Academia.
  • Enseigner à l'école primaire - Comment enseigner l'orthographe aujourd'hui ? Catherine Brissaud, Danièle Cogis, Jean-Pierre Jaffré, Jean-Christophe Pellat, Michel Fayol, Hatier, 2011, 320 pages



 

Comment rendre efficace l'enseignement de l'orthographe ?
Comment intéresser les élèves au fonctionnement de l'écriture du français ?
Comment éviter que les mêmes erreurs persistent de l'école au lycée ?

Cet ouvrage fournit des outils pour comprendre les erreurs des élèves et apporte des réponses concrètes aux questions posées aujourd'hui par l'enseignement de l'orthographe.

Ce guide met ainsi à la disposition des enseignants des connaissances et des dipositifs d'apprentissage pertinents pour mieux enseigner l'orthographe aujourd'hui.

 


Commander sur le site de l'éditeur

  • Pour enseigner et apprendre l'orthographe : nouveaux enjeux, pratiques nouvelles. École / collège, D. Cogis, Delagrave, 2005, 428 p.


Pourquoi les élèves font-ils autant de fautes, et toujours les mêmes ? Pourquoi n'appliquent-ils pas des règles sans cesses répétées ? Comment comprendre leurs erreurs ? Quels dispositifs mettre en place pour que leur niveau d'orthographe n'entrave pas leur scolarité ou leur vie professionnelle future, pour que l'écrit leur devienne un mode de penser et d'apprendre ? Telles sont quelques-unes des questions que se posent bien des enseignants de l'école et du collège. Prenant en compte des recherches récentes sur l'acquisition de l'orthographe, cet ouvrage s'adresse aux enseignants et aux formateurs avec l'objectif de donner des clés pour comprendre les procédures des élèves et leur façon de concevoir les notions orthographiques, compréhension indispensable pour pouvoir organiser un enseignement de l'orthographe approprié. Véritable guide théorique et pratique, l'ouvrage préconise une démarche en trois temps : écrire, découvrir, assimiler. Illustré de nombreux exemples de séances en classe commentés, et accompagné d'outils pédagogiques, il propose des situations d'apprentissage variées et privilégie constamment l'activité des élèves dans un domaine essentiel pour la maîtrise de la langue écrite.

Commander sur le site de l'éditeur

  • Nouvelles Recherches en orthographe, sous la direction de C. Brissaud, J.-P. Jaffré et J.-C. Pellat, ED. LAMBERT LUCAS
Nouvelles Recherches en orthographe, sous la direction de C. Brissaud, J.-P. Jaffré et J.-C. Pellat

Ces journées d'études ont permis à un ensemble de spécialistes – linguistes, psycholinguistes et didacticiens – de confronter leurs points de vue sur l’orthographe de différentes langues (japonais, turc…), et tout spécialement sur celle du français qui continue de poser de nombreux problèmes aux usagers et surtout à ceux qui l’apprennent et l’enseignent. Ces textes font un point circonstancié, et comparatiste, sur l’état des connaissances dont nous disposons aujourd’hui, qui apportent des éclairages nouveaux sur le fonctionnement, l’acquisition et la didactique de l’orthographe. Outre qu’elles remettent en question bien des idées reçues, comme celle d’un âge d’or de la pédagogie de l’orthographe, ces études contribuent à définir les conditions d’un apprentissage optimal de l’orthographe.

Parution: avril 2008

Responsable(s) scientifique(s): Catherine Brissaud, Jean-Pierre Jaffré et Jean-Christophe Pellat 

Contributeurs: Mehmet-Ali Akinci, Christian Galan, Françoise Gadet, Bernard Lété, Pierre Largy, Michel Fayol, Annie Camenisch et Serge Petit, Fanny Heniqui et Martha Makassikis, Danièle Cogis, Claudie Péret, Jean-Pierre Sautot et Catherine Brissaud

Présentation (préface, introduction): C. Brissaud, J.-P. Jaffré et J.-C. Pellat

Commander sur le site de l'éditeur

Promotion

Promotion

UN ROMAN d’Arthur Gardine (pseudonyme d’un membre d’EROFA)

L’Histoire du chat qui n’en était pas un…

ou Le précepte du non-CHAT

ROMAN, présenté dans une nouvèle orthographe, simplifiant les consones doubles, et précédé d’un avant-propos de Claude Gruaz, président de EROFA

Dans l’Histoire d’un chat qui n’en était pas un, les personages sont réfractaires à l’idée de réincarnation, mais ils côtoient un félidé qui en se servant d’un ordinateur pour comuniquer, exprime beaucoup de concepts novateurs à propos des humains. Celui-ci propose notament une méthode de relation entre individus qu’il nome « Charge Cardinale » et définit un modèle de règles qu’il apèle « le Précepte du non-CHAT. »

Sur la forme de l’écriture, l’auteur nous propose une véritable révolution qui va bien au-delà des réformes de 1990, en simplifiant la graphie des doubles consones, à l’exception de cèles nécéssaires à la prononciation des mots. Ce roman propose pour la première fois un texte rédigé en nouvèle orthographe démontrant par la pratique son emploi aisé pour tous dans la vie courante. L’auteur pour ce faire s’est apuyé sur les fascicules d’études de simplification de la langue publiés par EROFA (dont il est membre), association dirigée par Claude Gruaz.

Commande