PERIARD M

La grammaire invisible

Éditions Séditieuses 2017

On nous a beaucoup parlé de la grammaire, celle de la « langue » scolaire, mais jamais de la gram-mère, celle de la langue apprise sur les genoux de notre mère. Ce petit essai-grammaire illustre avec éloquence ce que la norme orthographique nous empêche de voir: Le genre féminin est la forme de référence autour de laquelle se structure notre langue.

On la devine un peu pourtant, cette grammaire invisible et qui s'entend, cette grammaire qu'un francophone de naissance maîtrise assez bien, sans trop le savoir, en obéissant inconsciemment à ses injonctions tacites.

Dans sa grammaire buissonnière et insolente, Mario Périard nous dévoile les dessous étonnamment féminins de notre langue (parlée)... une description du français telle que des extra-terrestres aveugles pourraient la concevoir!

 


L’orthographe, un carcan ?

2018, Éditions M Editeurs

Une déconstruction du mythe orthographique de A à Z

« Combien de vies ratées pour quelques fautes d’orthographe ! », Roland Barthes


En effet, les personnes qui ne manient pas suffisamment bien les règles orthographiques en payeront le prix fort. Depuis longtemps au Québec, l’éducation est obligatoire jusqu’à l’âge de seize ans. Néanmoins, 53 % de la population adulte serait analphabète fonctionnelle. Quelle est donc la cause de ce problème ? Ne tiendrait-elle pas en bonne partie dans des règles surannées qui créent un fossé entre l’oral et l’écrit, un fossé qui s’élargit plus on descend dans la hiérarchie sociale ?

Si on vous disait que tout ce que vous croyez essentiel à l’écriture du français n’est qu’un ramassis d’idées préconçues auxquelles vous n’êtes pas tenues d’adhérer ? Au fond, qu’est-ce qui vous empêche d’écrire éléfan au lieu d’éléphant, ou de laisser les participes passés invariables ?

L’orthographe n’est-elle pas aujourd’hui une sorte de dogme, tant il est malaisé d’oser la contester ou la réformer sans se faire pratiquement accuser de sacrilège ?

Mario Périard s’attelle à déconstruire les principales idées reçues sur l’orthographe. Il vous convie à revisiter ces lieux communs mille fois répétés, ces prétextes pour maintenir le plus grand nombre dans un carcan normatif inaccessible, contradictoire, trop souvent illogique, farci d’exceptions à n’en plus finir, un carcan qui conforte les privilégiées de l’expression dans leur chasse gardée.