Accueil Ouvrages sur l'orthographe Dictionnaire historique de l'orthographe française

Dictionnaire historique de l'orthographe française

sous la direction de N. Catach
Larousse, 1995, 1327 p.

Quand nos mots ont-ils pris la forme familière qu'on leur connaît aujourd'hui ? Sont-ils ainsi depuis l'origine, et quelle origine ? Comment est-on passé de « clincaillier » à « quincaillier », d'« oriflambe » à « oriflamme », de « regnard » à « renard » ? Pourquoi « otage », de la même famille que « hôte » et « hôpital », ne prend-il pas de « h » ?
Un mot est toujours unique, et le lecteur trouvera dans ce nouvel ouvrage le roman personnel de chacun d'eux : le détail de son évolution graphique et phonétique depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours, les changements ou même les surprenantes métamorphoses qu'il a subis, les erreurs d'étymologie, les anecdotes, les disputes, les remarques pittoresques faites à son sujet...
Le lecteur découvrira également le travail séculaire et les hésitations de l'Académie française, car c'est dans les éditions successives du dictionnaire de cette institution, ainsi que dans d'autres vénérables dictionnaires, que les mots de l'ouvrage ont été attestés et étudiés.
Résultat de trente années de recherches, ce livre présente une mine de connaissances. Véritable évènement dans le domaine de l'histoire de la langue, il deviendra vite non seulement un ouvrage de référence mais aussi une source de plaisir pour tous ceux qui lisent et travaillent sur la langue et les textes anciens, pour les enseignants, les formateurs et pour tous les curieux de l'histoire des mots.

Commander dans une librairie en ligne

Promotion

Promotion

UN ROMAN d’Arthur Gardine (pseudonyme d’un membre d’EROFA)

L’Histoire du chat qui n’en était pas un…

ou Le précepte du non-CHAT

ROMAN, présenté dans une nouvèle orthographe, simplifiant les consones doubles, et précédé d’un avant-propos de Claude Gruaz, président de EROFA

Dans l’Histoire d’un chat qui n’en était pas un, les personages sont réfractaires à l’idée de réincarnation, mais ils côtoient un félidé qui en se servant d’un ordinateur pour comuniquer, exprime beaucoup de concepts novateurs à propos des humains. Celui-ci propose notament une méthode de relation entre individus qu’il nome « Charge Cardinale » et définit un modèle de règles qu’il apèle « le Précepte du non-CHAT. »

Sur la forme de l’écriture, l’auteur nous propose une véritable révolution qui va bien au-delà des réformes de 1990, en simplifiant la graphie des doubles consones, à l’exception de cèles nécéssaires à la prononciation des mots. Ce roman propose pour la première fois un texte rédigé en nouvèle orthographe démontrant par la pratique son emploi aisé pour tous dans la vie courante. L’auteur pour ce faire s’est apuyé sur les fascicules d’études de simplification de la langue publiés par EROFA (dont il est membre), association dirigée par Claude Gruaz.

Commande