Accueil Débat(s) Participe passé Tableau récapitulatif de l'accord du participe passé

Tableau récapitulatif de l'accord du participe passé

Mise en perspective de l'actuelle norme et des propositions  d'EROFA.

 

Norme actuelle

D’après Line Sommant, Accordez vos participes, Albin Michel, Paris, 2004.

Proposition

D’après C. Gruaz (dir.), L’accord du participe passé, Lambert-Lucas, 2e édition, 2013, étude réalisée par EROFA (Études pour une rationalisation de l’Orthographe Française d’Aujourd’hui), http://erofa.free.fr.

PP sans auxiliaire :

• Accord, ex. des livres lus

des livres lus

- devant le nom : invariables,

ex. excepté la maison

excepté la maison

- après le nom : variables,

ex. la maison exceptée

la maison exceptée

PP d’un verbe non pronominal avec être

• Accord avec le sujet,

ex. Elles sont arrivées

Elles sont arrivées

PP avec avoir

• Accord avec COD antérieur,

ex. Les informations que j’ai reçues

Les informations que j’ai reçu

• Pas d’accord

- avec COD postérieur,

ex. J’ai reçu des informations

J’ai reçu des informations

- pas de COD,

ex. Marie a protesté

Marie a protesté

- COD sous-entendu : pour les PP dit, dû, cru, su, voulu, permis, pensé, prévu :

ex. Il a raconté toutes les histoires qu’il a voulu (raconter)

Il a réalisé tous les travaux qu’il avait dit (qu’il réaliserait)

Il a raconté toutes les histoires qu’il a voulu (raconter)

Il a réalisé tous les travaux qu’il avait dit (qu’il réaliserait)

• Verbes complétés par un complément circonstanciel : couter, peser, marcher, courir, dormir, régner, valoir, vivre, durer, pas d’accord

ex. Les trois jours que son voyage a duré (a duré combien ?)

Les trois jours que son voyage a duré

- accord si le complément est un COD,

ex. Les joies que ce travail nous a données (nous a donné quoi ?)

Les joies que ce travail nous a donné

PP suivi d’un infinitif

• Accord avec le COD si le COD est antérieur et fait l’action du verbe à l’infinitif,

ex . Les musiciens que j’ai entendus jouer

Les musiciens que j’ai entendu jouer

• Pas d’accord si le COD est antérieur et subit l’action du verbe à l’infinitif,

ex. Les airs que j’ai entendu jouer

Les airs que j’ai entendu jouer

Se laisser, se voir, se sentir suivis d’un verbe à l’infinitif :

- accord si le sujet fait l’action,

ex. Marie s’est sentie défaillir

Marie s’est sentie défaillir

- pas d’accord si le sujet subit l’action,

ex. Marie s’est laissé pousser des couettes

Marie s’est laissée pousser des couettes

Fait suivi d’un infinitif : toujours invariable,

ex. Elle s’est fait pousser les couettes

Elle s’est faite pousser les couettes

Mais Marie s’est faite belle (pas d’infinitif derrière)

Marie s’est faite belle

PP des verbes pronominaux

essentiellement pronominaux

Accord, ex. Elle s’est absentée.

Elle s’est absentée.

Mais pas d’accord avec s’arroger

Ils se sont arrogé des droits

Ils se sont arrogés des droits

non réfléchis

Accord, ex. Elle s’est aperçue de son erreur.

Elle s’est aperçue de son erreur

de sens réfléchi

Accord, ex. Elle s’est blessée

Elle s’est blessée

- Avec un COD postérieur, pas accord,

ex. Marie s’est blessé les mains

Marie s’est blessée les mains

- Avec un COD antérieur, accord avec le COD, ex. Les mains que Marie s’est blessées

Les mains que Marie s’est blessée

de sens passif

Accord, ex. Les manteaux se sont bien vendus

Les manteaux se sont bien vendus

de sens réciproque,

accord, ex. Ils se sont appelés

Ils se sont appelés

PP invariables

• Verbes intransitifs ou transitifs indirects qui ne peuvent avoir de COD,

ex. Ils se sont plu (plaire à quelqu’un),

Ils se sont succédé (succéder à quelqu’un), Elles se sont menti (mentir à quelqu‘un)

Ils se sont plus,

Ils se sont succédés

Elles se sont menties

Se faire suivi d’un infinitif,

ex. Marie s’est fait entendre

 

Marie s’est faite entendre

PP des verbes impersonnels

Toujours invariable,

ex. Il est arrivé que ces films soient tristes

Il est arrivé que ces films soient tristes

Cas particuliers

Accord avec « on »

Masculin si on ne connait pas qui est « on », ex.  On s’est promené tout l’après-midi

On s’est promené tout l’après-midi

- sinon accord,

ex. On s’est promenées tout l’après-midi (« on » = quelques femmes)

On s’est promenées tout l’après-midi

Adverbe de quantité (tant, combien, que…) suivi d’un complément, le PP s’accorde avec ce complément,

ex. Combien de pommes Marie a-t-elle mangées ?

Combien de pommes Marie a-t-elle mangé ?

- pas d’accord si l’adverbe de quantité n’est pas suivi d’un complément,

ex. Combien Marie a-t-elle mangé de pommes ?(pommes est placé après)

Combien Marie a-t-elle mangé de pommes ?

Accord avec le pronom « en »

Le PP est généralement invariable,

ex. Les films, j’en ai vu beaucoup

Les films, j’en ai vu beaucoup

- Mais accord si « en » est précédé d’un adverbe de quantité plus, combien, autant, … ex. Les films, combien en as-tu vus ?

Les films, combien en as-tu vu ?

- Mais si l’adverbe suit en le PP est invariable,

ex. Ces films j’en ai tant vu

Ces films j’en ai tant vu

Claude GRUAZ

Promotion

Promotion

UN ROMAN d’Arthur Gardine (pseudonyme d’un membre d’EROFA)

L’Histoire du chat qui n’en était pas un…

ou Le précepte du non-CHAT

ROMAN, présenté dans une nouvèle orthographe, simplifiant les consones doubles, et précédé d’un avant-propos de Claude Gruaz, président de EROFA

Dans l’Histoire d’un chat qui n’en était pas un, les personages sont réfractaires à l’idée de réincarnation, mais ils côtoient un félidé qui en se servant d’un ordinateur pour comuniquer, exprime beaucoup de concepts novateurs à propos des humains. Celui-ci propose notament une méthode de relation entre individus qu’il nome « Charge Cardinale » et définit un modèle de règles qu’il apèle « le Précepte du non-CHAT. »

Sur la forme de l’écriture, l’auteur nous propose une véritable révolution qui va bien au-delà des réformes de 1990, en simplifiant la graphie des doubles consones, à l’exception de cèles nécéssaires à la prononciation des mots. Ce roman propose pour la première fois un texte rédigé en nouvèle orthographe démontrant par la pratique son emploi aisé pour tous dans la vie courante. L’auteur pour ce faire s’est apuyé sur les fascicules d’études de simplification de la langue publiés par EROFA (dont il est membre), association dirigée par Claude Gruaz.

Commande