Accueil Ouvrages sur l'orthographe Qui est illettré ? Décrire et évaluer les difficultés à se servir de l'Écrit,

Qui est illettré ? Décrire et évaluer les difficultés à se servir de l'Écrit,

J.-M. Besse (dir.)
Retz, 2003, 223 pages

Cet ouvrage apporte un point de vue neuf sur les personnes en situation d'illettrisme. Il questionne la réalité même de l'illettrisme, lors de situations très concrètes de communication par l'Écrit. Il montre quels sont certains des enjeux majeurs des difficultés que rencontrent ces personnes, au-delà même des questions liées à l'utilisation de l'Écrit. Il indique également à quelles conditions le chercheur ou le formateur peut aller à la rencontre de ceux-là même que notre société qualifie d'« illettrés ».
Associant travaux scientifiques et expériences « de terrain », il s'appuie notamment sur les résultats d'une étude conduite à l'aide du DMA (diagnostic des modes d'appropriation de l'Écrit) sur les parcours individuels de personnes détenues en établissements pénitentiaires, pour présenter une vision précise et documentée de leurs « manières de vivre en situation d'illettrisme » ; pour cela, lors des évaluations, la démarche adoptée s'efforce, plutôt que de noter uniquement ce qui manque chez ces personnes, de relever ce qu'elles ont réussi au cours de leurs activités, comment elles s'y sont prises, quelles sont leurs représentations de l'Écrit et d'elles-mêmes au cours de ces tâches. Ainsi devient-il possible d'envisager la mise en place de dispositifs d'aide plus adaptés à la nature des difficultés rencontrées.
Les importantes différences interindividuelles constatées interrogent de ce fait sur l'emploi d'un même terme, « illetrisme(s) », pour décrire de façon pertinente leur rapport à l'écrit ; elles questionnent également sur les limites de compétences entre les lettrés et ceux que l'on tient parfois pour illettrés : qui est « illettré » ?
S'adressant à tous ceux qui se préoccupent de la « lutte contre l'illettrisme » (acteurs de terrain, chercheurs, « décideurs »), cet ouvrage avance des propositions quant aux outils à utiliser pour l'évaluation diagnostique des publics en situation d'illettrisme et quant aux modalités de l'accompagnement des ces personnes.

Commander sur le site de l'association

Promotion

Promotion

UN ROMAN d’Arthur Gardine (pseudonyme d’un membre d’EROFA)

L’Histoire du chat qui n’en était pas un…

ou Le précepte du non-CHAT

ROMAN, présenté dans une nouvèle orthographe, simplifiant les consones doubles, et précédé d’un avant-propos de Claude Gruaz, président de EROFA

Dans l’Histoire d’un chat qui n’en était pas un, les personages sont réfractaires à l’idée de réincarnation, mais ils côtoient un félidé qui en se servant d’un ordinateur pour comuniquer, exprime beaucoup de concepts novateurs à propos des humains. Celui-ci propose notament une méthode de relation entre individus qu’il nome « Charge Cardinale » et définit un modèle de règles qu’il apèle « le Précepte du non-CHAT. »

Sur la forme de l’écriture, l’auteur nous propose une véritable révolution qui va bien au-delà des réformes de 1990, en simplifiant la graphie des doubles consones, à l’exception de cèles nécéssaires à la prononciation des mots. Ce roman propose pour la première fois un texte rédigé en nouvèle orthographe démontrant par la pratique son emploi aisé pour tous dans la vie courante. L’auteur pour ce faire s’est apuyé sur les fascicules d’études de simplification de la langue publiés par EROFA (dont il est membre), association dirigée par Claude Gruaz.

Commande